ROBERT R.


Je suis linguiste de formation, bibliothécaire diplômé et en exercice, lecteur insatiable et j’écris depuis l’âge de quinze ans. L’écriture est la plus belle conquête de l’homme. Je tiens un journal intime depuis 1979 sans aucune interruption. Je fixe tout par les mots. Je ne borne pas mes envies : poésie, prose automatique, roman, nouvelle…je suis centré sur l’écrit.




Découvrez son blog ; " Robert et les livres" 

Coups de coeur, conseils autour de la littérature jeunesse  ICI

Tous les textes écrits par Robert R.
Au temps pour nous

Fièvre

Baliveaux et balivernes

La pompe

Une tempête sous un crâne

Sainte Catherine s’envoile

Fête des gosses !

Gina Soden

A la cour royale de Tiébélé

Autour du Cristina Iglesias

Auto interviewez-vous...

Cinéphile


-

24 commentaires:

  1. Anonyme27.6.16

    Bonjour Robert
    Je viens de lire ton teste sur la Cour Royale de Tiébélé. Très belle histoire, bien écrite; Je suis rentrée directement dans ton histoire, j'étais moi aussi dans cette cour à regarder cette femme peindre les murs, à écouter ses sages propos.Mon seul regret c'était trop court ! j'aurai pu encore lire des pages et des pages tellement je me sentais bien au milieu de cette cour royale. Bien Cordialement. ANNIE P

    RépondreSupprimer
  2. Anonyme28.6.16

    Merci Robert pour ce beau texte aux couleurs de l'Afrique. J'ai beaucoup aime le personnage attachant d'Amina, il sonne vrai. Amicalement, Valerie B.

    RépondreSupprimer
  3. Anonyme28.6.16

    Le titre m'a intrigue et le texte bien ficele fut a la hauteur de mes attentes. Merci Robert pour ce bon moment de lecture. Amicalement, Valerie B.

    RépondreSupprimer
  4. Anonyme29.6.16

    Ces beaux commentaires sur mon très modeste texte sont des cadeaux de la vie. Ils m'obligent à faire encore mieux la prochaine fois. Merci de tout coeur. Robert R.

    RépondreSupprimer
  5. Anonyme1.7.16

    Bonjour Robert,
    Je rejoins totalement Annie P. dans ses impressions! Lorsqu'on lit le texte sur la cour royale de Tiébélé, notre seul souhait serait que cela ne finisse jamais. On a envie que ce soit la première de 300 pages et qu'on puisse passer des heures en se laissant immerger par ton univers. Un seul mot: merci!
    Bien amicalement,
    Lynn F.

    RépondreSupprimer
  6. Anonyme1.7.16

    Très beau texte excellement écrit et plein de nostalgie sur une civilisation qui vient qui va et qui part. Je suis entré de façon naturelle dans ton monde aux fines touches sensibles.
    Michel L.

    RépondreSupprimer
  7. Anonyme14.7.16

    Et oui M. Roussillon j'ai ressenti beaucoup de tendresse derrière l'ours polaire qui se donne mauvais genre devant les élèves de Paul Anka! Nul doute que ce dernier quand il reprendra les choses en main en fera une chanson de charme. Belle maitrise pour arriver à la note finale.
    Michel L.

    RépondreSupprimer
  8. Michel L. je suis très humblement touché par ton commentaire. Il est vrai que j'ai associé ma rupture amoureuse avec la superbe sculpture de François Pompon. Mais je ne suis pas odieux avec les enfants, oh que non ! Chaleureuses pensées pour toi Michel et au plaisir d'une rencontre !

    RépondreSupprimer
  9. Anonyme23.8.16

    Voilà qui est magistralement écrit . On tremble pour le malade. Les bruits de la salle d'opération , les odeurs surtout celle du sang. On se met facilement à la place de ce pauvre homme. Rassure mo Robert , cet homme avec son coeur de cuivre sera t-l encore capable de ressentir des émotions , d' aimer. Ce serait intéressant d' écrire une suite . Bravo et Amitiés Martine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Martine, cette histoire s'inspire de mon propre vécu. J'ai eu trois infarctus et on m'a fait un quintuple pontage coronarien.... Le chirurgien était cynique mais le cœur n'est pas le siège des émotions c'est le cerveau...j'ai voulu exorciser un mauvais moment de ma vie ! Oui c'est vrai que je pourrai envisager une suite...une nouvelle plus longue. J'avais en tête "cœur de chien" de Boulgakov...mais je suis surtout émerveiller par les prouesses de la science. J'en suis la preuve. En tout cas merci pour l'intérêt porté à mon modeste travail. Amicalement. Robert R.

      Supprimer
  10. Anonyme25.8.16

    Hello Roberto
    Mais quelle imagination pour créer cette capricieuse Lady Swan; pour tempêter , elle tempête par tous les orifices !!!
    Quant à ton malade, je crois savoir pourquoi tu as mis en scène cette réparation-là ... Bravo
    Jacqueline Z

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je reviens d'Irlande où j'ai croisé Anne-Marie Rubin ! Kylemore Abbey existe dans le Connemara c'est une demeure superbe et puis...Lady Swan, je la vois comme les héroïnes de mes lectures anglo-saxonnes. Quant au malade, Jacqueline tu as parfaitement deviné le choix...Amitiés et bisous. Robert R.

      Supprimer
  11. Anonyme25.8.16

    Ah lady Swan! Avec quel talent et j'ose dire quelle délicatesse tu as mis en scène cette histoire à priori scabreuse et un rien vaudevillesque. Tu es dans le vent de l'histoire!
    Amicalement
    Michel L.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Michel, je rentre d'Irlande et le superbe site de Kylemore Abbey dans le Connemara m'a inspiré. Ce jour-là, une pluie magistrale s'est abattue et j'ai eu l'idée de placer une dame bien éduquée dans cette tempête...j'ai abusé de privautés je l'accorde mais quelle jubilation à l'écrire ! Bises amicales. Robert R.

      Supprimer
  12. Anonyme28.8.16

    J'ai beaucoup de compassion pour cette Lady que tu n' as pas ménagée , en même temps elle m' a beaucoup amusée ; quel talent tu as pour raconter .Bravo j' ai adoré BEAU DIMANCHE
    Martine
    Ps merc aussi pour ton gentil commentaire sur mon texte la TEMPËTE Bon dimanche Martine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'en prie...Amitiés. Robert R.

      Supprimer
  13. Anonyme4.9.16

    "Une tempête sous un crâne" : ton texte est irrésistible ! Tu as le sens du rythme, de la dérision. j'ai adoré!
    Merci pour ce bon moment!
    Valérie T.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, j'étais sous le charme de Kylemore Abbey dans le Connemara et puis lors de ma visite de ce site en août un orage terrible s'est déclenché...de là...

      Supprimer
  14. Anonyme5.9.16

    "La pompe" : tu restitues parfaitement l'atmosphère de l'hôpital, on sent le vécu ! Et une touche de non sense et de grand guignol, j'adore .

    Luc G

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai moi-même reçu un quintuple pontage coronarien...la matière pour le thème retenu était présente...mais j'avoue que j'ai poussé le bouchon avec mon texte !!!

      Supprimer
  15. Anonyme12.9.16

    Quel talent ! Après tant de belle prose , je me retrouve sans mots Bravo Martine

    RépondreSupprimer
  16. bONJOUR Robert,
    J'ai lu la tempête...bon, les histoires de pets ne sont pas franchement ma tasse de thé , si je puis dire, mais ce que tu fais mérite qu'on s'y interesse...A mon oreille tu gagnerais beaucoup à faire attention au rythme et à la musique des mots...Lis ton texte à voix haute , enregistre s'il le faut, et tu trouveras des détails à reprendre pour que ça chante mieux...Voila, ceci n'est que le point de vue d'un musicien amoureux de notre belle langue.
    amicalement manu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, je suis d'accord sur la beauté de la langue française car elle fait partie de mes missions professionnelles au quotidien. Je ne pratique pas la méthode Flaubert quant aux pets, détails peu élégants, il fallait comprendre le sens caricatural. Mais j'accepte les critiques et m'efforcerai de poéter plus haut que mon luth la prochaine fois. Amicalement.

      Supprimer

Pour vous aider à publier votre message, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire ci-dessus
2) Notez votre prénom ou pseudo dans le message
3) Dans la liste déroulante, choisissez "ANONYME"
4) Vous devez ensuite cocher : "je ne suis pas un robot"
4) Cliquer sur Publier !
VOILA !